Bilan : Paris champion d’automne

psg bilan

 

Paris-SG bilan mi-saison

 

Bien que champion d’automne à la différence de buts, le PSG est inévitablement l’équipe de cette première partie de saison en Ligue 1.
À la suite d’un recrutement impressionnant, avec Ibra, Silva ou Lavezzi pour ne citer qu’eux, le club de la capitale a su créer un engouement et une attente sans précédent dans notre championnat.
Meilleure défense et meilleure attaque française, le PSG a pourtant connu quelques désillusions, heureusement vites oubliées grâce à son géant suédois, meilleur buteur avec 18 réalisations.
Avec une telle cohésion et des performances individuelles et collectives régulières, le titre tant attendu tendra les bras aux parisiens.
Retour sur une première partie de saison réussi du club parisien

 

18 juillet dernier, Zlatan Ibrahimovic signe officiellement au PSG. Premier joueur de l’histoire à déplacer autant de monde pour un transfert, il vient de faire passer Paris dans une autre dimension. Un salaire record en France [14 millions annuels, NDR] et une attente jamais vue jusqu’à lors, Zlatan se sait attendu et fait déjà le show : « C’est sûr que je vais apprendre à connaître le championnat, mais le championnat me connait déjà.»

Deux semaines plus tard, on en a déjà la preuve. Première journée de championnat et réception de Lorient. Premières carences collectives mais premier doublé du géant suédois. Pendant que Ancelotti met cette contre performance sur le renouvellement de joueur, Ibra fait déjà flancher sa première défense. Un doublé pour débuter, la star parisienne est prête, mais pas son équipe. Avec trois matchs nuls lors de ses trois premiers matchs, Paris stagne mais Ibra se veut rassurant : « Ce qui est bien c’est de rester invaincu, c’est même le plus important à mon avis. Le jeu, ça va venir, et dès qu’on va enchaîner une ou deux victoires, tout va aller mieux. »

Le club parisien montre de grandes aptitudes offensives avec un attaquant en état de grâce, mais connaît aussi d’étranges signes de fébrilité défensives. Toutefois, une semaine après, quatrième journée, c’est le déclic. Paris gagne 2-1 sur la pelouse lilloise, Ibra inscrit un nouveau doublé, et lance enfin son équipe en championnat. Il s’en suit alors une série de 5 victoires consécutives, dont une probante pour son retour en Ligue des Champions contre Kiev (4-1), et Paris joue (enfin) les premiers rôles de notre Ligue 1.
Malgré ces bons résultats et les 7 buts en 7 matchs de son suédois, Paris ne convainc toujours pas niveau tactique. Avec un plan de jeu faible et constamment dépendant de son attaquant vedette, Paris n’arrive toujours pas à séduire complètement.
Et ce, pendant plusieurs semaines. C’est Zlatan qui fait gagner les matchs, le collectif n’arrive à aucun moment à l’emporter comme sur ces matchs contre Marseille ou Nancy, où à chaque fois, le numéro 18 parisien enlève une grosse épine au pied son équipe, avec notamment deux buts « Zlatannesque » face à l’ennemi de toujours.
Pour l’instant, les résultats sont là, on ne s’alarme pas à Paris. Mais le mois de novembre approche, et bien que les dirigeants, les entraîneurs, ou encore les joueurs changent, la crise de novembre, elle, subsiste Porte d’Auteuil.
3 novembre, 11ème journée, Saint-Étienne devient la première équipe à faire tomber le club de la capitale en championnat, qui plus est au Parc des Princes, et pousse Ibra à bout. Le suédois est exclu pour un geste dangereux sur Ruffier et prend trois matchs de suspension. Trois matchs qui coïncident avec la mauvaise passe parisienne, un nul à Montpellier, puis deux défaites, respectivement, à 11 contre 9, contre Rennes, puis face aux niçois de Claude Puel, toujours sur le même score de 2-1.

Ajouté à cela une élimination en Coupe de la Ligue face à ces mêmes-stéphanois, et voilà le coach parisien qui se retrouve dans une situation très menaçante. Incapable de convaincre Doha depuis son arrivée, notamment à cause de son impossibilité à trouver une vraie identité de jeu, l’avenir de « Carletto » se repose donc sur la qualité du mois de décembre de son équipe, et surtout sur la réception de Porto en Ligue des Champions.

Se sachant menacé, Ancelotti a donc pris ses responsabilités. Exit le 4-3-3, place au 4-4-2, un dispositif tactique qui semble équilibrer beaucoup mieux l’équipe, autant offensivement qu’offensivement. Grâce à un état d’esprit retrouvé et devenu irréprochable, la métamorphose de Pastore, le retour de Motta ainsi que les prestations incroyables de Silva et d’Ibra la qualité du jeu parisien s’est transfigurée. Paris a fini 1er de son groupe en Ligue des Champions, après une victoire satisfaisante contre Porto 2-1, puis a enchaîné. Deux victoires 4-0 contre l’Evian TG puis Valenciennes, et deux autres face à Brest et dans le choc face à Lyon. Les 374 minutes sans encaisser de buts, et 14 inscrits en 5 matchs, ont permit à Paris de récupérer la première place du championnat.
Paris clôt donc l’année 2012 avec la meilleure défense, et seulement 12 buts encaissés mais surtout avec la meilleure attaque avec 33 buts, en grande partie grâce à Monsieur Zlatan et ses 18 buts ! Impressionnant, incroyable, les superlatifs ne manquent pas pour qualifier la performance que réalise le suédois. Dans la lignée des Skoblar, Keita, Onnis, Halilhodzic ou Papin, il affole les conteurs, au plus grand plaisir des ses coéquipiers : « Dans le vestiaire on l’a appelé ‘Inzaghi Zlatan’ « , a lâché le gardien Salvatore Sirigu. « C’est très bien pour lui, j’espère qu’il va continuer sur ce rythme-là« , a renchérit le milieu de terrain Blaise Matuidi.

Les parisiens ont donc fini de la meilleure des manières et avec de telles prestations collectives, des individualités qui restent constantes et une cohésion de groupe conservée, le PSG pourrait bien retrouver le titre, qu’il attend tant depuis 1994. Mais champion d’automne ne rime pas avec champion de France, et ça, Paris en a déjà fait l’amère expérience…

 

Tom Masson.
@MassonTom

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s