Sochaux-PSG

20130218-123740.jpg

Cinq jours après leur belle victoire sur la pelouse de Valence (2-1), les parisiens ont coulé à Sochaux (2-3). Suffisant et en manque de génie, le Paris-SG ne méritait meilleur résultat.

L’histoire retiendra qu’on peut faire des merveilles en Ligue des Champions, en proposant un des matchs les plus aboutis de la saison, et que moins d’une semaine après, il est aussi possible de sombrer chez le 17ème du championnat.
Face à un collectif sochalien bien rodé et plus que convaincant, les joueurs de la capitale n’ont jamais été à même d’inquiéter leurs adversaires du soir. Le leader, qui, n’avait plus perdu depuis le 1er décembre et cette défaite totale à Nice (1-2), n’a pas été au niveau, collectivement parlant, mais surtout sur le plan individuel, ou bon nombre de cadres à l’instar de Sirigu, Van der Wiel, Sakho ou encore Ibra et Verrati, n’ont pas joué à leur vrai niveau.

Toujours est-il que malgré la domination écrasante des doubistes, les parisiens sur corner, ont ouvert le score grâce à une tête lobée d’Alex. (32ème, 0-1). Tout le monde s’est alors dit – les sochaliens les premiers – que Paris était lancé. Mais bien au contraire. Au vue de leur parfaite entame de match, et une pression énorme exercée sur leurs opposants d’un soir, les sochaliens ont rapidement marqué un joli but, par l’intermédiaire d’une frappe de Sio dans la lucarne, logiquement refusé pour un hors-jeu, mais les intentions de faire tomber le « grand » PSG étaient bien présentes. (5ème).

Sochaux ne s’est donc pas démotivé après ce but, complètement contre le cours du jeu, et sont au contraire répartis de l’avant instantanément. Une stratégie et une volonté sans faille qui s’est avérée payante puisque le performant Roudet, d’une frappe croisée du gauche, est venu remettre les deux équipes à égalité (35ème, 1-1).

Au retour des vestiaires, et malgré la coup de gueule de Carlo Ancelotti à la mi-temps, le scénario n’a que peu changé. Dans les faits, c’est surtout la motivation des sochaliens qui est restée indemne. Sio, buteur malheureux en début de match, a rapidement redonné l’avantage à son équipe, profitant d’un Sirigu pas très inspiré. (2-1, 55ème). Le PSG, complètement sonné, aurait pu couler définitivement si le coup-franc parfait de Corchia ne s’était pas écrasé sur l’équerre du portier parisien (58ème).

Malchanceux, le FC Sochaux Montbéliard a bien cru que la victoire allait lui échapper, lorsque Sakho, après un immense cafouillage dans la surface de Pouplin, a remis les parisiens dans le match. (77ème, 2-2). Là encore, trois semaines après avoir fait tomber l’Olympique de Marseille, les joueurs sochaliens emmenés par un Boudebouz très en jambe, sont allés chercher la victoire au courage. À la suite d’un une-deux parfait avec l’international algérien, Bakambu tout juste entré en jeu, est venu offrir une victoire capitale dans la course au maintien à son équipe. (82ème, 3-2). Pour preuve, ils passent ce soir de la 17ème à la 14ème place, à deux points du premier non-relégable, Reims.

Pour les parisiens c’est donc la première fois qu’ils encaissent 3 buts en championnat, mais c’est aussi une défaite qui vient couper leur dynamique, à 6 jours du classico tant attendu. Ce n’est sûrement pas le scénario idéal pour les marseillais, qui vont devoir affronter une équipe revancharde et qui verront Thiago, Lucas, Ménez et surtout Beckham rejoindre le groupe parisien. On a hâte d’y être…

Tom Masson
@MassonTom1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s