PSG-OM

20130225-132537.jpg

Paris n’aura donc pas douté très longtemps. Une semaine après sa déconvenue surprise à Sochaux (2-3), les parisiens ont rappelé au football Francais qu’ils étaient bien les patrons du championnat. Même sans être flamboyants, à l’instar de ces matchs contre Lille ou Bastia, les parisiens ont gagné. Ils réalisent ainsi la bonne opération de la journée et comptent désormais huit points d’avance sur leur adversaire du soir, l’Olympique de Marseille.

Pourtant, ce n’a pas été si facile que ça. Face à des marseillais joueurs et solidaires,aris n’a pas eu le contrôle du ballon (39% de possession, loin des 61% des marseillais), et a souffert.
Grâce à leur entame de match énorme, les parisiens ont rapidement ouvert le score sur un tir de Lucas, doublement contré par Barton puis Nkoulou, dans un but étrangement délaissé par Mandanda. (1-0, 11ème). Toutefois, les joueurs de la capitale auraient pu trouver la faille bien plus tôt, et ce, dès la 2ème minutes, lorsque la frappe surpuissante de Lavezzi vient s’écraser sur le montant gauche du portier marseillais.

Paris s’est donc retrouvé dans une situation idéale, où, devant au tableau d’affichage, il s’est donc contenté de bien défendre et « d’aspirer » les marseillais, pour les contrer le mieux possible. En même temps, avec des joueurs du calibre de Lavezzi, l’OM a tremblé sur chacune des accélérations de l’international argentin, intenable pour son premier « classique ». À défaut de toujours faire les bons choix, « Pocho » n’aura pu fructifier ses bonnes situations, même si une incompréhension entre Nkoulou et Mandanda – deux joueurs à côté de leur match hier -, aurait pu lui profiter. (43ème).

J’entends souvent dire qu’une stratégie est bonne lorsque le résultat s’avère positif au bout. Je vais donc en déduire que celle adoptée par les parisiens, au vue du résultat, a donc été payante. Mais sans un Salvatore Sirigu impressionnant, pas sûr que je sois en train de vous écrire la même chose aujourd’hui. L’international italien a repoussé tous les assauts olympiens et en aura dégouté plus d’un. De la première frappe de Kadir (30ème), au coup-franc de Valbuena (43ème) en passant par les nombreuses situations de « Dédé » Gignac (43ème, 53ème), mais surtout un ballon piqué de l’international français (61ème), toutes ces occasions auront obligé Sirigu a être décisif. Ce dernier a donc, une fois de plus, répondu présent une semaine après son naufrage devant les attaquants de Sochaux.

Une dernière frappe lointaine de Mathieu Valbuena viendra faire trembler tout un stade, libéré par le 22ème but d’Ibrahimovic de la saison sur une passe décisive de Ménez avec à l’origine du but… David Beckham. L’international anglais entré en jeu à la 75ème minute, était quelque peu stressé et cela s’est vu. Mais le principal n’est pas là, Paris a remporté le match de toutes les attentes et peut donc maintenant se pencher sur le match de Coupe de France de mercredi contre… Marseille.

Tom
@MassonTom1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s