PSG-Barcelone, Ligue des Champions

20130403-193448.jpg

Grâce à un but précieux en toute fin de match (90ème+4) de l’infatigable Blaise Matuidi, le PSG a tenu le choc (2-2), et préserve ainsi de minimes chances de qualification avant le match retour dans une semaine à Barcelone.

Qui aurait pu penser il y’a quelques années que le Paris-SG serait capable de tenir tête au grand Barca en quart de finale de la C1 ? Qui aurait pu imaginer voir Ibrahimovic et Messi s’affronter sur la pelouse du Parc des Princes, alors qu’il y’a cinq ans jour pour jour, le club de la capitale ramait à une faible 18ème place en Ligue 1 ? Personne, même pas les devins les plus compétents.

Et pourtant, tout cela est bien réel. Pour sa première participation en Ligue des Champions depuis près de 10 ans, Paris a réalisé une belle partie, pleine de solidarité et de courage. Pendant 90 minutes, les parisiens ont bien joué, résisté et surtout insisté sur les points faibles des catalans (sur les coups de pieds arrêtés et dans le jeu aérien notamment), mais ont été refroidi assez brutalement à la 37 ème minute. À l’instar des 45 000 sympathisants du PSG venus supporter leur équipe, les joueurs de la capitale ont été puni sur une des seules erreurs défensives de la soirée. C’est surtout une erreur du grand David Beckham qui a profité aux espagnols : à la suite d’une mauvaise relance, l’anglais redonne le ballon à Daniel Alvès. D’un extérieur du droit magique, le latéral brésilien trouve parfaitement Messi dans la surface, qui ajuste une superbe demie-volée. Implacable (38ème, 0-1).

Et encore, avec un peu moins de chance, le score aurait pu être double, voire triple à la pause, si les frappes d’Iniesta (41ème) et de Messi (43ème) avait choisi le chemin de la lucarne, plutôt que celui de la barre de Sirigu.

Heureusement, le score – déjà sévère – est resté bloqué à 1-0 au moment de rejoindre les vestiaires, car la suite de cette rencontre n’aurait sans doute pas été la même. Des parisiens auteurs d’une première période sérieuse et appliquée qui aura vu la frappe de Lavezzi, à la lutte avec Busquets, finir sa course sur le poteau. Par la suite, les occasions de Pastore (14ème), d’Ibrahimovic sur coup-franc, d’abord, et d’une frappe trop croisée ensuite, (18ème, 21ème) ont aussi été très proches de faire mouche.
En seconde période, les parisiens ont surtout profité d’un travail incroyable de ses milieux, mais aussi de sa défense, bien aidée par un Silva toujours aussi monstrueux. Pourtant, malgré la sortie du génie argentin sur blessure, les barcelonais ont souvent eu le but du KO au bout du pied. Busquets tout d’abord (51ème), Sanchez (33), Alves (69ème) et Xavi (74ème), ensuite, ont manqué de peu ce deuxième but, qui aurait été décisif. Mais non, les rouges et bleus n’ont pas cédé et n’ont pas craqué. À la 79ème, Ibra a même profité de la tête de son capitaine sur le poteau, pour pousser le ballon dans un but vide. (79ème). Nonchalant, râleur et auteur de mauvaises décisions depuis le début du match, Ibra – pourtant hors-jeu -, a quand même inscrit un but décisif.

Euphoriques, portés par un Parc déchaîné et un Verrati qui aura fait beaucoup de bien après son entrée en jeu, les protégés d’Ancelotti se sont vites portés vers l’avant. Un peu trop sans doute, me diriez-vous, puisque Sirigu a été pris à défaut devant la vitesse de Sanchez et a concédé un penalty évitable. Sans trembler, Xavi a pris le portier italien à contre-pied. (89ème, 1-2).

Jusqu’au bout du bout, ils n’ont rien lâché, ils se sont battus et sont parvenus à sauver les meubles de façon quasi-miraculeuse. Après une remise de la tête d’Ibrahimovic, le milieu international français Matuidi – d’ailleurs suspendu pour le match retour -, est venu marquer le but de la délivrance d’une frappe déviée. (90+4). Retrouvez le portrait de Matuidi ici

Au bord du gouffre, en début de seconde période, les parisiens y ont finalement cru et nous offre une belle leçon de courage ce soir. Même si le score n’est pas très avantageux dans l’optique du match au Nou Camp, il permet tout de même de conserver de minimes chances de qualification (20% d’après les stats). Mais comme l’a dit Matuidi, « ils joueront avec leur cœur ». Après le match de ce soir, on est convaincu qu’il est incroyablement grand.

Tom

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s