Tour de France des clubs 2013 : BORDEAUX

20130728-173616.jpg

Triste 7ème du dernier exercice, Bordeaux en a déçu plus d’un. Déçu la ville mais surtout ses supporteurs et ceux qui le croyait capable d’accrocher une place européenne. Et pour cause, son président – la plupart du temps en retrait – n’a pas semblé impliqué et très concerné l’année dernière. Même pire, le catastrophique mercato d’hiver a fait apparaître les premières tensions entre joueurs et dirigeants. Ludovic Obraniak confiait quelques jours après la clôture du marché des transferts – qui avait vu Jussiê et Gouffran quitter le club – qu’il était « surprenant et déroutant de perdre son meilleur joueur en milieu de saison et de ne pas le remplacer« . Pierre Ménès, le journaliste de Canal+ en rajoutait une couche : « Bordeaux, c’est une ville extraordinaire, des conditions d’entrainement extraordinaires, un stade qui sera bientôt extraordinaire, mais avec des dirigeants qui n’ont aucune ambition (…) Quand Bordeaux passe sur Canal, on le sent passer au niveau des audiences. L’abonné n’est pas dupe. A un moment donné, tout le monde se barre…« 

À quelques jours du Trophée des champions qui verra bordelais et parisiens s’affronter, le contexte reste assez tendu en terre girondine. Rapide état des lieux pour ce premier épisode de notre Tour de France des clubs.

2 défaites, 2 nuls et seulement une victoire. Ce ne sont assurément pas les matches de préparation qui rassureront qui que ce soit. Après les départs de Tremoulinas et de Modeste, seul Bréchet (en provenance de Troyes) est venu renforcer un effectif limité. Francis Gillot lui-même le concède : le marché estival des girondins est jusqu’à là un peu juste : « Si j’arrive à avoir tout le monde au top, on peut se débrouiller. Mais si on a deux ou trois déceptions, on sera handicapé… »

Pourtant, le coach bordelais n’est pas (encore) abattu. Il est même plutôt déterminé à laisser jouer des jeunes pousses du centre de formation – un peu à l’image de Lyon depuis quelques années -, en espérant qu’ils aient tous la même réussite qu’Henri Saivet lors du dernier exercice. Il ajoute : « Henri Saivet ? La saison dernière, on se demandait encore s’il allait réussir. Espérons que les autres jeunes suivent. »

Espérons, oui. Car pour remplir les objectifs fixés par les dirigeants (une place aux alentours de la 6ème place), ce sera extrêmement compliqué. Et Gillot en est conscient. Pourtant, même si le dernier rempart, Cédric Carrasso, est finalement resté après un transfert avorté avec Bursaspor, le domaine offensif n’a toujours pas été renforcé. Jussiê, de retour de prêt, n’est pas certain de continuer l’aventure, Saivet et Maurice-Belay n’ont quant à eux pas encore pris leur décision et Gillot souhaite que Sacko « s’affirme davantage quand il joue« .

Comme dit plus haut, la solution pourrait donc venir des jeunes. Toutefois, le coach girondin admet que « finir cinquième, c’est compliqué ». Si vous voulez mon avis, je dirais même que la tâche sera extrêmement compliquée à remplir. Avec le départ de Trémoulinas à Kiev – transfert devenu indispensable pour les finances du club -, les girondins se retrouvent aussi dans une situation délicate sur un plan défensif avec un Maxime Poundjé sans concurrence à gauche.

Ainsi, Bordeaux risque de changer ses plans. Oubliées les saison 2008, 2009 voire 2010, celles où le club pouvait facilement se reposer sur 11 titulaires indiscutables. Cette année, il va falloir de débrouiller avec le système D. Avec les moyens du bord, comme disent certains journalistes locaux. Reste qu’aujourd’hui, le club champion de France 2009 navigue aujourd’hui dans un flou total. Et pour son coach, pas question de parler d’objectif tant que « l’effectif ne sera pas complètement connu« . Il ajoute : « Quatre-cinq équipes ont un budget supérieur au nôtre, un meilleur effectif. Paris et Monaco devraient finir dans les deux premiers. Avec Lyon, Marseille et Lille, ça fait déjà cinq équipes. Ensuite, il y a nous. On se battra avec Saint-Étienne et Rennes, qui, un jour, va se réveiller… »

Se battre avec le vainqueur et le finaliste de la dernière Coupe de la Ligue. Ok. À condition de remédier à certains problèmes. Tout d’abord être plus régulier à domicile. Souvent, le public girondin s’est lassé de son équipe lorsqu’elle jouait à Chaban-Delmas. Lassé de la qualité de jeu, problème récurrent depuis plusieurs saisons à bordeaux, mais aussi de son incapacité à marquer et à tenir un résultat. Bordeaux est l’équipe à avoir encaissé le plus de buts dans le temps additionnel la saison dernière…

Situation inquiétante, certes, mais les bordelais peuvent s’en sortir. À condition de recruter malin et de retrouver de l’envie de jouer. Car c’est ça le principal. Si les bleus marines pratiquent le même jeu que l’année passée, sans âme, sans motivation et sans esprit d’équipe, Bordeaux ne s’en sortira pas, c’est certain. Et la Coupe de France ne sera pas toujours là pour égayer une saison blanche…

Tom Masson.
@MassonTom1

Prochains matches :

4 août : PSG-Bordeaux, Trophée des champions

10 août : Bordeaux-Monaco, 1ère journée de Ligue 1

17 août : Toulouse-Bordeaux, 2ème journée de Ligue 1


Possible équipe type :

20130801-122026.jpg

Remerciements @Footballogue pour son coup de pouce et qui nous rappelle jours après jours, que, le FOOT EST UNE SCIENCE.

Demain dans le Deuxième épisode du TdF des clubs : RENNES

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s