Tour de France des clubs 2013 : RENNES

Nelson-Oliveira

Chaque année c’est la même chose. On espère, on croit, puis on s’enflamme. Chaque saison, le Stade Rennais nous fait penser – les 6 premiers mois – qu’il est capable de bien finir, puis finalement rien. Terrible gâchis…

L’année passée, l’histoire s’est encore répétée. 4èmes à la trêve hivernale, qualifiés pour le Finale de Coupe de la Ligue le 16 janvier, après une convaincante victoire contre Montpellier (2-0), les rennais ont finalement tout perdu. Défait en finale contre St-Etienne (0-1), le club breton a finalement terminé l’exercice 2012-2013 à une pauvre 13ème place…

Cette saison, Rennes compte bien gommer cette terrible habitude. Nouveau coach, nouveaux joueurs (bien que 2 joueurs soient encore espérés), des cadres conservés et voilà le club lancé sur une « nouvelle dynamique » si l’on en suit les mots du président, Frédéric de Saint-Sernin. Pour ce deuxième numéro de notre Tour de France des clubs, tour d’horizon breton.

Finalement, c’est sûrement Philippe Montanier, nouveau coach en provenance de la Real Sociedad, la recrue phare de ce mercato. Deux ans après avoir quitté la France et réalisé un fantastique travail en Espagne (dont une qualification pour la C1), l’ancien coach de Valenciennes arrive donc en Bretagne avec des ambitions bien marquées. En faisant appel à Montanier, les dirigeants bretons lancent également un message à tout un club : Rennes veut retrouver une réelle identité de jeu. Pour preuve souvent critiqué et raillé la saison dernière pour sa faible qualité de jeu sous les rênes d’Antonetti, Rennes veut ainsi se refaire une réputation. Avec Montanier, les dirigeants bretons recrutent une valeur sure, un entraineur qui prône et revendique le beau jeu depuis toujours. Rappelez-vous, lors de son passage dans le nord, Valenciennes était d’ailleurs surnommé le « Barça du Nord »…

Pour remédier à cela, le nouveau coach précise qu’il « faudra s’adapter à la qualité des joueurs » car Montanier est très « sensible à la technique et au jeu au sol« . Il ajoute : « Mon moteur c’est d’optimiser le potentiel d’une équipe, ce qu’on a réussi à faire avec la Real Sociedad. Et pourtant, on avait le groupe le plus jeune. J’ai fait un choix professionnel, j’avais la possibilité de rester encore un an. Mais le projet de Rennes me plaisait, car c’est un projet à moyen terme. Et puis, j’ai ce sentiment que le Stade Rennais est un club solide, fiable, avec un centre performant. »

Le ton est donné. Première satisfaction de l’entraineur rennais, être parvenu à conserver Romain Alessandrini, atout phare de l’équipe jusqu’à sa blessure. L’ancien clermontois, fortement courtisé par le club marseillais, a finalement accepté de rester à Rennes une année supplémentaire avec un nouveau coach, qui souhaite bâtir toute une équipe autour de lui. Philippe Montanier a donc rempli son premier objectif et prouve, au-passage, que même en étant plus calme que son prédécesseur, on peut avoir une aussi grande motivation… (Retrouvez le portrait d’Alessandrini en cliquant ici)

Côté terrain maintenant, il semble y avoir du mieux. Bien que le bilan « comptable » de ces matches ne soit pas extraordinaire (2V, 2D, 1N), le contenu est loin d’être mauvais. Contre Lorient par exemple, l’équipe bretonne a fait preuve de maitrise et, déjà, de complémentarités sont apparues. Vincent Pajot et Mevlut Erding se sont par-ailleurs montrés particulièrement affutés. Mais attention, après cette victoire, pas question de s’enflammer, et à ce propos, Montanier veille. « Les premiers matchs étaient un peu des déceptions parce que les joueurs ont montré des choses à l’entraînement que nous ne retrouvions pas en match. Aujourd’hui, nous avons senti une progression. Cela n’a pas vraiment de signification, car nous sommes toujours en préparation, mais au moins, dans le contenu, cela récompense les joueurs qui donnent beaucoup à l’entraînement. C’est le fruit de trois semaines de travail. Mais il nous reste encore beaucoup de choses à faire. » Le nul contre Nantes (1-1) en est la confirmation où « les joueurs étaient fatigués« , d’après leur coach.

L’autre satisfaction de l’été breton, c’est assurément la première partie du mercato. Même si deux autres recrues sont attendues (on parle de de Piatti le milieu de Valence, N’Zogbia l’international français d’Aston Villa mais aussi le latéral gauche de Pescara, Capuano ainsi que Bong le valenciennois et Kadir le marseillais), le marché des transferts s’est montré plutôt concluant jusqu’à maintenant. Jean II Makoun, Sylvain Armand mais surtout Nelson Oliverira sont venus rejoindre les rangs rennais.

Après un dernier match amical, demain contre Guingamp, Rennes pourra alors démarrer la saison 2013/2014 sereinement. Une première depuis bien longtemps…

Tom Masson.
@MassonTom1

Prochains Matches :

10 août : Rennes-Reims, 1ère journée de Ligue 1

17 août : Nice-Rennes, 2ème journée de Ligue 1

Possible équipe type (en attendant d’autres recrues, disposition des joueurs selon choix Montanier) :

20130802-131355.jpg

Remerciements @Footballogue pour son coup de pouce et qui nous rappelle jours après jours, que, le FOOT EST UNE SCIENCE.

Demain dans le Troisième épisode du TdF des clubs : MONTPELLIER

2 réflexions sur “Tour de France des clubs 2013 : RENNES

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s