Tour de France des clubs 2013 : PARIS SAINT-GERMAIN

20130806-205254.jpg

Ce qu’il y’a de génial avec le PSG, c’est qu’on a jamais le temps de s’ennuyer. Tout juste sacré Champion de France pour la première fois depuis près de 20 ans, le club parisien a pourtant connu un été des plus mouvementés. Départ d’Ancelotti à Madrid, signature plus que Tardive de Blanc sur le banc, vrai-faux départ de Silva au Barca – puis de Verrati au Real -, démission surprise de Leonardo début juillet pour voir enfin les signatures s’enchaîner avec les transferts de Digne, Marquinhos et surtout Cavani, tous trois conclus en 72 heures.

Bref, comme vous le voyez, à l’image de la saison passée le Paris Saint-Germain n’a pas passé un intersaison reposant. À l’occasion de notre dernier chapitre, découverte du club de la capitale à quelques heures de la la reprise.

C’est sûrement héréditaire, quelque chose dont le club n’arrivera sans doute jamais à se détacher. Cette habitude – pas toujours bonne – d’être incapable de conserver une certaine stabilité, a encore fait des siennes du côté de Paris. Départs successifs de l’entraîneur et du directeur sportif en place avant de voir les supporteurs trembler devant les rumeurs de transferts des cadres de l’équipe. Ibra, Pastore, Lavezzi, Verrati, Silva ou encore Matuidi, quasiment tout l’effectif a été annoncé partant. Bien heureusement, ça n’a pas été le cas, et la plupart ont finalement prolongé ou sont actuellement en discussion. Ouf.

Et à l’arrivée, un nouveau renfort de poids arrive dans la capitale. Le monstre Cavani. Le nouveau joueur le plus cher de notre Ligue 1 (64M€), souvent décrit comme une « machine à marquer, se sait attendu. Pour dire juste, Cavani est même très attendu, et ce, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, « El Matador » débarque à Paris avec l’objectif de mettre fin à « l’Ibra dépendance », si souvent reprochée au club de la capitale l’année dernière mais si bénéfique au PSG l’année passée. D’autre part, dans le duel qu’il livre avec Falcao, l’autre nouvelle star de Monaco, l’international uruguayen devra également s’intégrer à cette « dream team » et faire valoir ses points forts et toute sa générosité qui ont fait sa force de l’autre côté des Alpes. Car oui, ne l’oublions pas, Edison Cavani est un jouer extrêmement complet. Il sait à peu près tout faire. Marquer surtout. Du droit, du gauche de la tête, là encore, il arrive à scorer dans à peu près n’importe quelle position. Et le nouvel attaquant parisien n’est pas du tout le genre de joueur à attendre, stoïque et passif que le ballon ne vienne à lui. Se revendiquant comme un joueur « généreux » il est un attaquant « qui se donne beaucoup pour l’équipe quand elle souffre, lorsqu’il faut récupérer la balle et travailler en défense ». Passer, presser, défendre, contrer, Cavani parvient à « haranguer » les joueurs adverses, toujours dans le but d’aider le collectif.

Excellente nouvelle. Blanc alignera sans doute son nouveau joyau aux côtés d’Ibrahimovic, formant pour certains, la meilleure attaque du monde. Possible. Mais ce n’est pas gagné d’avance. Zlatan déclarait d’ailleurs mi-juillet que « Cavani devra s’intégrer et nous ferons en sorte que les automatismes viennent. » À l’instar du duo Messi-Neymar du côté de Barcelone, la complémentarité de ces deux talents restent encore à vérifier. Elle ne semble pas faire de doute, mais seules les semaines pourront confirmer, ou non, cette hypothèse au semblant déjà résolu.

Petit à petit, cette équipe parisienne semble prendre forme. Dans un 4-4-2 conservé, mais davantage porté sur la conservation de balle avec plus de vitesse de transmission, Blanc ne pose pas ses valises à Paris avec l’envie de tout chambouler. Toutefois, les matches amicaux, et le Trophée des champions remporté samedi dernier dans la douleur ne s’avèrent pas être gages de sécurité. Même si, les internationaux, ayant profité de vacances prolongées étaient bien loin de leur meilleur niveau, la mission du nouvel entraîneur d’intégrer une tactique différente semble ambitieuse quand on sait qu’il a fallu plus d’un à Ancelotti pour trouver un dispositif et des tactiques compatibles aux stars parisiens. Ah les problèmes de riches… Dernière chose, le PSG compte aujourd’hui 29 joueurs. Blanc espère en avoir maximum 24. Par son expérience, il sait que la solidité du groupe et la bonne entente de son vestiaire passe aussi par là. Histoire de ne pas en décevoir trop.

Toujours est-il que c’est un PSG mort de faim qui va débuter ce soir l’exercice 2013/2014. Vexé par les déconvenues en coupe et un brin déçu par une élimination difficile en quart de finale de la Ligue des Champions, le club parisien espère bien faire des étincelles. Nasser Al-Khelaifi, déclarait d’ailleurs dans le Parisien qu’il comptait sur « un nouveau titre de Champion de France, remporter une des deux coupes nationales et faire aussi bien (voire mieux) en Champions League ». Ambitieux, oui, mais Paris en est capable à la vue du groupe renforcé dont il dispose mais il sera essentiel et primordial de fournir une autre qualité de jeu que l’année passée. Ce sera d’ailleurs un des points sur lesquels Laurent Blanc sera le plus attendu. Confirmation de Nasser : « l’année prochaine, nous devrons produire un jeu ambitieux, équilibre et à même de ravir le public du Parc ». Ravir le nouveau public du Parc sera difficile. Mais loin d’être la mission la plus compliquée de l’ancien sélectionneur.

21 juin, la signature de Blanc au PSG est annoncée. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle ait suscité les passions. Pas toujours dans le bon sens du terme, mais le nouveau coach n’aura le droit à aucun faux-pas. D’ailleurs, lui-même le sait, la direction du club se montrera intransigeante avec lui. Pour l’heure, sa capacité à maîtriser les nombreux égos de cette équipe et à « dompter » ce collectif pour l’emmener sur le toit de l’Europe fait débat.

En attendant, le PSG fera sa rentrée ce soir, et se devra de bien commencer une semaine après sa victoire en Trophée des champions sur le fil. Nul doute qu’un premier revers serait très mal digéré par Doha… Reste que Paris rêve grand et peut-être qu’en parvenant à se rapprocher de la perfection cette saison, Paris deviendra grand.

Tom Masson.

@MassonTom1

Prochains Matches :

10 août : Montpellier-PSG, 1ère journée de Ligue 1

17 août : PSG-Ajaccio, 2ème journée de Ligue 1

Possible équipe type :

Sirigu – Jallet, Silva (C), Marquinhos, Maxwell – Lucas, Motta, Matuidi, Lavezzi – Cavani, Ibrahimovic.

Remerciements @Footballogue pour son coup de pouce et qui nous rappelle jours après jours, que, le FOOT EST UNE SCIENCE.

Merci pour votre soutien, ce projet a été un vrai régal à écrire. Merci à ceux qui ont apprécié et merci à ceux qui ont réagi. À bientôt pour une nouvelle saison.

3 réflexions sur “Tour de France des clubs 2013 : PARIS SAINT-GERMAIN

  1. Xavier Masson dit :

    C’est chaud le match ! Toujours difficile une début de saison

    Mais comme dit platini  » beau stade, beau match »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s