Le Barça a t-il le droit à l’erreur ?

<> at Camp Nou on June 3, 2013 in Barcelona, Spain.

Alors que le Barca va, ce soir, entamer sa campagne européenne face à l’Ajax Amsterdam, une nouvelle page s’est tournée cet été du côté de Barcelone. Vilanova parti en raison d’une « détérioration de santé », c’est un nouveau coach qui débarque en terre catalane. Son remplacant, Gerardo Martino.

Une nouvelle aventure

Après 5 années de saisons auréolées de (nombreux) succès avec des coaches « maison », Tata Martino ressemble donc à une véritable nouveauté au sein du club. Tout droit débarqué d’Argentine, il prend les rênes de sa nouvelle équipe, le 22 juillet, avec une mission peu évidente : s’inscrire dans la continuité de ses prédécesseurs tout en imprimant sa propre « patte » dans un collectif qui a déjà – presque – tout gagné. Le Barca sous Guardiola et Vilanova, c’est deux C1 et 4 championnats. On pourrait aussi compter les nombreuses Supercoupes espagnoles et européennes ou encore la Coupe du monde des clubs, mais ce serait un petit peu trop long. Et l’essentiel n’est pas là.

Car aujourd’hui, l’entraineur du Barca fait office de « novice » dans le métier. Aucune expérience de coach européen, Tata Martino va donc, tout au long de la saison, apprendre à gérer une pression et une attente de résultat incessante dans un des plus gros clubs du monde.

Pas de révolution, meilleure gestion du groupe

Paradoxalement, Martino n’est pas complètement étranger à son nouveau club. Dans chaque club où il est passé, la possession, le jeu au sol, un pressing incessant dès le ballon perdu et avoir une défense solide étaient ses maitres mots. Lors de sa présentation, le nouveau coach catalan avait tenu à rassurer les socios inquiets par une éventuelle changement de système tactique : « Nous allons essayer de récupérer certaines choses qu’on a vues dans la meilleure version du Barça, ajouter quelques idées que nous avons aussi, convaincre les joueurs que ce sont des questions faciles à intégrer« .

Et la force et l’intelligence de Martino est aussi là. Avoir su observer les défauts de son équipe mais aussi, et surtout, avoir été capable d’écouter les critiques adressées à sa future équipe. La première concerne notamment la gestion de ses joueurs. Il a annoncé la couleur, tous les joueurs de l’effectif « seront appelés à jouer cette saison ». Messi en a d’ores et déjà fait les frais et accepté, sans broncher, de s’asseoir sur le banc de temps en temps, conscient qu’une saison se joue, aussi, sur la gestion d’un groupe.

Son groupe justement, n’a été renforcé que d’une seule recrue. Un seul renfort, oui, mais pas n’importe lequel. Il s’agit ni plus ni moins de la jeune pépite brésilienne Neymar. Virevoltant et exceptionnel lors de la Coupe des Confédérations, le brésilien s’est déjà montré décisif avec son nouveau club en inscrivant le but primordial contre Valence, lors du match aller de la Supercoupe (1-1). Prometteur.

Du travail et encore du travail

En remportant un titre dès son arrivée, Tata Martino s’est ainsi rassuré et s’est sans doute dégagé d’un poids considérable pour le début de la saison. Pour autant, il est conscient que le travail est encore long. Inexistante contre Valence au Nou-Camp (0-0), le Barça n’a toujours pas retrouvé le volume et la qualité de jeu qui faisaient sa force sous les ordres de Pep. Néanmoins, lors du match contre Valence (3-2), Martino a déclaré avoir vu « vu le meilleur Barça » si l’on en regarde « l’adversaire ». Après avoir tremblé face à Séville samedi dernier, pas sûr qu’il souhaite revivre un pareil scénario ce soir.

Pour autant, grâce à un nouvel exploit de Messi en toute fin de match (conclu par Sanchez), le FC Barcelone a donc remporté sa quatrième victoire en autant de matches et affiche d’ores et déjà un excellent bilan : 12 poins sur 12. Malgré tout, Martino est encore préoccupée par « la défense » et condamne le fait d’avoir « laisser à Séville quinze minutes pour jouer et revenir au score. »

Reste que les débuts de Martino sont particulièrement bons. Une fois les deux vedettes de l’équipe, Neymar et Messi, à 100% et sa défense rodée, « Tata » pourra enfin imprimer sa « page » qui avait fait sa force du coté de l’autre côté de l’Atlantique. Les objectifs sont clairs : le championnat, au moins une coupe nationale et surtout une rendre une meilleure copie en Champions League après la pale copie rendue la saison passée. Pas évident donc, mais impossible n’est pas Barca.

Tom MASSON

@MassonTom1

http://www.massontom.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s