Les 17 maux qui pourrissent la Ligue 1

Depuis quelques temps, à force d’entendre autant de critiques envers notre tendre et chère Ligue 1, l’idée de consacrer un article aux différents maux qui guettent notre championnat préféré (hic) me tentait de plus en plus. En cet habituel week-end de L1, j’ai donc franchi le pas. Voici un rapide tour d’horizons des diffénrents dangers qui, à mes yeux, rendent cette Ligue 1 malade.

 

1.Les Pelouses

20140405-195203.jpg

Bien qu’avec le retour des beaux jours la situation semble logiquement s’améliorer, l’hiver dernier et les conditions météorologiques compliquées qui vont de paire n’auront pas été cléments avec les différentes pelouses du championnat. Si l’on peut difficilement reprocher au ciel le temps qu’il nous offre, on peut s’interroger sur la crédibilité des instances du foot à se reprocher derrière ces excuses. Car en plus de devenir lassant, cette fâcheuse manie nuit de façon certaine à notre championnat (qualité du spectacle, qualité viseulle du terrain, potentielles blessures des joueurs…). Surtout quand on regarde l’état des pelouse de Geoffroy-Guichard ou du Vélodrome – pour ne citer qu’elles – alors que 80 et 350 millions ont, ou seront, investis en vue de l’Euro 2016 et que rien ne change. De l’autre côté de la Manche, quelle que soit la météo d’ailleurs, les pelouses sont toujours aussi vertes. Le PSG a donc pris les devants et a « recruté » un jardinier tout droit venu du Royaume de sa majesté. Et le résultat est on ne peut plus concluant…

 

2.Les « valeurs » de Florian Thauvin

Rappelez-vous : « Quand on parle de Paris, on dit, c’est vrai, qu’ils ont de bons joueurs et une grande équipe. Mais il n’y a plus de valeurs au PSG. Ils ne parlent que d’argent. » Je ne sais pas si les valeurs de Florian Thauvin prouveront dans la durée qu’elles sont meilleures que celles véhiculées par le club parisien mais toujours est-il que la saison réalisée par le néo-marseillais est assez délicate. Surtout depuis sa déclaration dans Surface avant le classico puisque, depuis, l’attaquant français a ni plus ni moins été porté disparu… Lui qui  « voulait jouer la LDC dans un club sur le long terme », ce ne sera sans doute pas cette année, ni l’année prochaine. Un retour à Lille l’année prochaine ?

 

3.Les bons vieux 0-0 

Que serait notre Ligue 1 sans ses bons vieux 0-0 ? La semaine dernière on a d’ailleurs peut-être assisté au pire match depuis bien longtemps avec le soporifique Nantes-Bordeaux… Si ce week-end a été, une fois n’est pas coutume, prolifique en but, c’est l’une des principales choses que mes followers avancaient lors du petit sondage que j’ai organisé hier sur twitter : l’ennui des matches et le spectacle proposé. Cette préférence à « jouer pour ne pas perdre » plutôt que jouer pour gagner, comme cela peut-être le cas en Allemagne ou en Angleterre par exemple. Reste que même s’il nous agace et nous irrite, ce 0-0 fait la tradition de notre championnat depuis des années…

 

4. »L’important c’est les trois points »

Phrase typique d’après match, aussi agaçante qu’irritante. Rabiot, pas plus tard qu’hier soir après le match face à Reims la reprenait fièrement. Rendue commune par Zidane au micro de TF1 à l’issue d’un match amical (si, si); cette décla fait souvent office de facilité pour ces footeux en froid avec la langue française, effrayés par une analyse scientifique aux nombreux subjonctifs et autres conditionnels, préférant l’emploi de cette phrase complètement bidon et typiquement made in Ligue 1.

 

5.L’arbitrage

ruddy-buquet-2

Loin de moins l’envie de me lancer dans un débat polémique sur l’arbitrage (et pourtant y’aurait de quoi faire…) mais j’étais obligé de mettre l’arbitrage français dans ce petit « flop » français. Les dernières sorties des hommes en noir ont quand même de quoi laisser songeurs… M’enfin bon, je vous proposerai un débat à ce sujet d’ici la fin de saison. Symbolisé par le catastrophique trio d’arbitres lors de Lyon-ASM et la non-présence d’arbitres au prochain mondial, la faiblesse de l’arbitrage français reste particulièrement problématique. Une possible amélioration a été avancée par Clément Grenier à l’issue du derby en parlant de l’arbitre de la rencontre, Rudy Buquet : « Ce ne sont pas des lunettes qu’il lui faut mais un labrador !« . Reste plus qu’à fournir les laisses…

 

6.Les bonnets de Dupraz

On connaissait les bonnets de Guy Roux, cette saison la Ligue 1 a fait connaissance avec ceux de Pascal Dupraz, l’entraîneur d’Evian-TG. Véritable fan, je l’entendais d’ailleurs sur le plateau de J+1 confier qu’il avait une véritable « collection ». On espère qu’ils lui portent bonheur et qu’il trouve par la même occasion une bonne raison de les porter car, pour le coup, ils sont vraiment affreux.

 

7.Les blagues d’Hoarau

Connu pour ses blagues foireuses au PSG, l’ancien attaquant parisien a fait son grand retour en Ligue 1 après son exil chinois d’un an. Arrivé chez les girondins de Bordeaux, Guillaume Hoarau a retrouvé ses boutades dans les médias français mais n’a toujours pas retrouvé un niveau de jeu convaincant. De quoi se demander si, finalement, la meilleure blague du réunionnais n’était pas… Lui-même ?

 

8. »L’équipe a fait un match solide »; « Deux équipes bien en place »

Généralement, quand on entend ce genre de déclaration en zone mixte à la fin d’une rencontre c’est jamais bon signe… Autre fait reproché par les nombreux fans de foot avec qui j’ai pu discuter ce week-end, la langue de bois dans les conférences de presse. Car ces phrases-là ont toujours  un sens deuxième sens, bien moins marrant. Si le footeux tente de faire ressortir du positif en ce contentant d’un point arraché après un 0-0 tout pourri (voir numéro 3), il est en fait lui-même conscient que le spectacle offert par les 22 acteurs frôle le néant. Mais tout va bien, personne n’a perdu… ON EN PEUT PLUS !

 

9.Valecygne 

valencygne

Si vous n’avez jamais entendu parler de Valencygne, vous avez bien de la chance. Elue meilleure mascotte de Ligue 1 l’année dernière, c’est dans les faits surement la pire. Surtout quand on apprend qu’il y’a des querelles en off entre le Président et la Mascotte… Des rumeurs pour un départ à Lille ont même été avancées. Un transfert de mascotte en Ligue 1, une première. Je ne sais pas si on doit en rire ou en pleurer mais bon… C’est made in Ligue 1 🙂

L’histoire de Valencygne : http://www.football365.fr/france/infos-clubs/valenciennes/valencygne-mascotte-qui-a-pris-son-envol-1061459.shtml

 

10.Les-LOL révélateurs 

gazette-2012-12-lol-revelateur

Mal récurrent dans la retransmission française et la faible qualité de la réalisation des matches, les « lol-révélateurs » font de plus en plus leur apparition. Repérés par les Cahiers du foot, ces erreurs de révélateurs de hors-jeu font sourires mais révèlent un réel manque de sérieux… Si en plus d’avoir des arbitres qui voient de travers, on essaie de tromper le spectateur pour cacher des boulettes, on est pas sortis de l’auberge…

 

11.Ce p****** de ballon orange 

Je peste sur Twitter quasiment tous les week-end à propos de ce ballon orange. Historiquement instauré pour en hiver pour anticiper les chutes de neige et les potentiels matches qui auraient pu en faire les frais, la ligue a eu la judicieuse idée d’étendre son utilisation jusqu’à la fin de la saison. Résultat, on se coltine un ballon orange en plein été, comme au Parc hier, avec un soleil de plomb qui gêne ostensiblement la vision du téléspectateur. Ca devient vraiment, vraiment pénible. Rendez-nous notre traditionnels et basique ballon blanc. C’est bien le blanc aussi…

 

12.Brandao

Est-ce utile de se justifier ? Pour l’ensemble de son oeuvre je pense qu’il mérite sa place ici. Ah si, son « j’ai pas touché » remonte un peu l’estime que j’ai pour lui. Juste un peu…

 

13.Le public de Louis-II

Je sais que les supporters monégasques n’aiment pas ça, mais comment passer à côté ? Avec une des plus belles équipes du championnat, ça me désespère que ce stade sonne aussi vide. Et on sait que les foules peuvent se mobiliser, en témoigne le match contre le PSG. C’est dommage, triste même, mais au moins ça fait toujours autant rire d’entendre Ranieri et son accent italien gueuler sur tout le monde…

 

14.Les coiffures de Jordan Ayew

jordan ayew coiffure

Bon, bon, bon. Des années que l’énigmatique petit frère Ayew se trimballe en Ligue 1, des années qu’il nous punit avec ses coiffures… atypiques. Elie Baup déclarait, du temps où il était encore un coach qui gagnait du côté de l’OM, « que les coupes de cheveux n’étaient pas importantes ». Il sait de quoi il parle, assurément, mais il aurait quand même pu tenter de faire quelque chose… Aujourd’hui à Sochaux, Ayew se bat pour le maintien avec une coupe qui n’en pas vraiment une. Esperons qu’en cas de 17ème place en fin de saison, Hervé Renard, maître en manière d’élégance, lui donne quelques conseils… On aurait aussi pu parler de Ménez mais le pauvre, il ne joue même plus.

 

15.Les talents de conduite d’Mbaye Niang

18 mois de prison avec sursis et 700 euros d’amende après un accident au volant d’une Ferrari avec délit de fuite, blessures involontaires, mise en danger et conduite sans permis, Niang n’a pas fait les choses à moitié à son arrivée à Montpellier. Triste histoire à la fin heureuse, dommage pourtant qu’il n’ait pas eu l’idée de faire la même chose avec l’horrible voiture de Cabella, orange pétant. Ca nous aurait fait du bien aux yeux… S’il s’est rendu coupable d’une véritable sortie de route, il serait bien inspiré de retrouver son chemin sur les terrains, porté disparus des écrans radars depuis son accident. Et s’il connait la même fin que le MH370, les montpelliérains ont plutôt intérêt à le retrouver rapidement.

 

16.Les interviews d’Olivier Tallaron  

Homme de terrain, Olivier Tallaron est un homme courageux. Connu pour sa mythique non-interview de David Beckham lors du classico la saison passée, il a l’habitude des déclarations de terrain ratées. Remis en place par Sirigu lors du match à Nice, Tallaron enchaîne mais ne faiblit pas. Attitude louable mais tout de même gênante… La Ligue 1 attend du changement !

 

17.La moustache de Thiriez 

thiriez

Inhabituel de finir un classement comme celui-ci en 17 points. Il me paraissait donc logique de conclure avec l’homme le moins logique de notre championnat. Maintien de la Coupe de la Ligue, guerre contre les ultras, polémiques liées à ses décisions, Thiriez a tout connu à la présidence de la Ligue. S’il n’a toujours pas pris les devants en matière de changements majeurs pour le championnat, il faudrait peut-être qu’il fasse quelque chose pour sa moustache. Au moins.

 

NB: En parlant de Ligue 1, j’avais fait une petite enquête sur notre championnat il y’a un an. Un papier bien plus sérieux que celui-ci que je vous invite en cliquant ici : LA LIGUE 1 EST-ELLE FOUTUE ?

 

TOM MASSON

@MassonTom1 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s