Espagne – Pays-Bas : Les espagnols corrigés

A l’issue de la première rencontre du groupe B, l’Espagne, championne du monde en titre, s’est lourdement inclinée (1-5) face à une équipe hollandaise valeureuse et particulièrement réaliste. En cas de victoire du Chili devant l’Australie cette nuit, les espagnols se retrouveraient – déjà – au pied du mur.

 

20140613-230118-82878659.jpg

Copyright FIFA

 

Je ne sais pas si cette rencontre sonne définitivement la fin de l’incroyable domination espagnole, 6 années durant, qui avait vu les Espagnols gravir les sommets européenns en 2008 et en 2010 avant de monter sur le toit du monde en Afrique du Sud, mais il y’a de quoi se poser la question, ce soir. Surclassés, et même humiliés, les champions en titre n’ont rien montré, ou presque, lors de ce premier match. Tout l’inverse de leurs adversaires néerlandais, en somme, emmenés par un Robben gigantesque, qui ont terrassé une défense adverse étrangement friable.

Et pourtant ! Après avoir connu une entame de match délicate, laissant le ballon et les premières occasions à la sélection Oranje, l’Espagne avait peut-être fait le plus dur en ouvrant le score sur un penalty de xabi Alonso (1-0, 27ème). Dans la foulée, la Roja aurait même pu doubler la marque sur une occasion de Silva, en vain. Le tournant du match, incontestablement.

Car la suite va se montrer fatale pour les Espagnols. Attentiste, peut-être même suffisante, l’Espagne va se faire rejoindre sur un magnifique geste de Van Persie. D’une tête plongeante maîtrisée, l’attaquant mancunien profite de la première errance défensive de ses adversaires pour égaliser juste avant la MT (1-1, 45ème). L’arrière garde ibérique, emmenée par une charnière Ramos-Piqué, pourtant connue pour être particulièrement solide, va se montrer coupable d’étonnantes et d’inhabituelles carences. Et Robben ne s’est pas fait prier pour en profiter. Lui, le malheureux de la finale sud-africaine a fait preuve d’une facilité et d’une assurance déconcertante. Au retour des vestiaires, il se joue de Piqué, puis de Ramos, pour donner l’avantage aux siens sur un nouveau service de Blind (1-2, 53ème). Il ira même de son doublé après un rush formidable, au terme d’une action collective remarquable en une touche de balle, se permettant même le luxe d’un Casillas affolé pour conclure (1-5, 81ème).

Le cinquième but est plus anecdotique qu’autre chose tant le naufrage espagnol fut total. Breakés sur une tête du défenseur Vrij, après un coup-franc parfaitement botté par Snjeider (1-3, 64ème), les espagnols n’auront que leurs yeux pour constater la lourde boulette de leur capitaine devant Van Persie (1-4, 72ème). La défaite aurait même pu être encore plus sévère si ce dernier n’avait pas vu sa magnifique demi-volée trouver la barre (61ème) ou si Sneijder avait pu reprendre un caviar de Lens dans la surface (89ème).

Pas sûr que les champions du monde aient pu imaginer pire entrée en matière pour débuter ce mondial. Et même si ils s’étaient vu sacrés en 2010, après une défaite lors du premier match contre la Suisse (0-1), l’histoire n’est assurément pas la même. En deuxième période, les espagnols n’ont strictement rien montré. Constamment pris de vitesse par les attaquants hollandais et leur 5-3-2 réaliste; impuissants dans les duels ils n’auront jamais été maîtres de cette partie et n’auront montré à aucun moment détermination et envie pour retourner la vapeur. Si Inesita confiait après le match qu’ils « n’avaient pas peur des critiques », un véritable tremblement de terre a eu lieu au lendemain du lancement de la compétition.

Ce cataclysme interdit -déjà- les espagnols à l’erreur, qui pourraient se retrouver distancer si le Chili venait à prendre le dessus de l’Australie cette nuit. En tout cas, si les cauchemars seront de mise du côté ibérique, les néerlandais, quant à eux, peuvent se prêter à rêver.

 

Tom MASSON.

2 réflexions sur “Espagne – Pays-Bas : Les espagnols corrigés

  1. Michel dit :

    Très bel article, bien elaboré qui montre le désaroi total de la Roja face à des hollandais particulièrement en forme.
    Tout petit « hic », tu reviens trop sur tes dires, essaies d’améliorer cela.
    Continue comme ça Tom Masson, tu es un jeune journaliste prometteur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s