Et si Nice était le nouveau Leicester ?

Depuis l’instauration de la victoire à trois points en France, au milieu des années 90, coachs et présidents, joueurs et supporters, nous ont tous (ou presque  habitué à un adage malheureusement bien trop commun: « l’important c’est les 3 points ». A travers cette nouvelle chronique, je tenterai, jamais loin du terrain, de partager avec vous mes impressions et mes émotions après chaque journée de Ligue 1 histoire de montrer que non, il y a parfois tout aussi important. J’écrirai 38 chapitres, 38 épisodes de ce feuilleton toujours aussi décrié et pourtant si chéri, de cette Ligue 1 à l’omniprésence grandissante dans le quotidien de chacun, passionnés de France et de Navarre.

banniere 2-page-001-2

De temps en temps, il y a des histoires qui font du bien. Des histoires qui soulagent et apaisent des humeurs pas toujours enchantées par les différentes épreuves de quotidiens parfois moroses. L’épopée aussi surréaliste que fantastique réalisée par Leicester en Premier League l’an passé fait, à coups certains, partie de cette liste si intime de ces collectifs aux destins dorés. Et pourtant, alors que le Championnat de France a repris ses droits depuis à peine plus d’un mois, accompagnés des frasques habituelles du Président Aulas et des polémiques incessantes autour de l’arbitrage, une équipe offre un sacré bol d’air à tout un championnat dépressif. Cette équipe, c’est l’OGC Nice. Car en s’imposant ce week-end à Nancy (1-0), les aiglons pointent seuls en tête du championnat tout en pratiquant un football plaisant. Au point de devenir, à son tour, le nouveau Leicester ?

 

Une progression constante

Qui l’eut cru ? Au crépuscule d’une saison tonitruante qui a permis aux aiglons de retrouver la Coupe d’Europe cette saison, l’intersaison qui suivit est apparu comme l’été des plus grands changements, qui marquait surtout la fin d’une bulle dorée où on avait même vu Claude Puel se muer en résurrecteur d’un Ben Arfa à la dérive. Bon, ce début de saison semble indiquer tout l’inverse, preuve solide que la progression du club azuréen semble suivre la même trajectoire. Car il faut le rappeler, et les résultats des dernières semaines semblent l’avoir occulté quelques peu, l’OGC Nice a frôlé la descente au moment d’entrer dans son nouveau stade. Deux petits points sauveront le club d’une descente en Ligue 2. Et depuis, rien ne semble plus pouvoir les arrêter. Côté sportif, d’abord puisque 11èmes il y a deux ans, 4èmes, donc, l’an passé. Mais côté directionnel, aussi, où la stabilité à la tête du club et les garanties financières apportées par les récents investisseurs américains et chinois ces derniers mois offrent aux aiglons un marge de manoeuvre assez confortable.

Un recrutement intelligent 

Alors oui, l’arrivée en trombes de Balotelli et ses deux doublés inscrits ont une raisonnance particulière. Mais la notoriété de la star italienne ne doit pour autant pas masquer l’intelligence du mercato niçois. Des oubliés Dante et Belhanda, aux jeunes pousses Cyprien et Dalbert, la logique du recrutement niçois est implacable et semble, déjà, porter ses fruits. Pour autant, c’est sûrement la signature de Lucien Favre sur le banc rouge et noir du Stade de l’Allianz Riviera qui est la plus notable. Tacticien de qualité, formidable meneur d’hommes et comptant beaucoup sur les jeunes et la formation, le coach suisse a posé ses valises sur la Côte d’Azur avec la ferme intention de pratiquer un jeu appréciable et apprécié. Et en plus de tout ça, Lucien Favre détonne à chacune de ses conférences de presse. Et rien que pour entendre que son équipe était « pressée comme des citrons » par Benoît Pedretti, ça vaut le détour…

Un schéma tactique innovant et performant 

A coach ambitieux, schéma tactique ambitieux. Lucien Favre est arrivé en France avec des idées bien précises et un 3-5-2 ( parfois modulable en 3-5-1-1 ou 3-4-2-1) plus qu’intéressant. Alors oui, je vais un peu plus loin que le simple match d’hier à Nancy, où Balotelli, Belhanda, Seri et Koziello étaient laissés au repos en vue du match d’Europa League de jeudi, mais c’est pas grave. Prenons l’exemple du match contre Monaco, donc, livreur d’ensignements étonnants. Nice a donc aligné un 11 de départ en 3-5-1-1 avec Belhanda en 10 et Balotelli seul en pointe. Si le but de ce papier n’est pas de réaliser une analyse tactique (même si le projet reste d’actualité), on va quand même essayer d’en parler un peu, surtout en ce qui concerne le jeu de contres de l’équipe niçoise. Car même si, la volonté n’est pas non plus de laisser systématiquement le ballon à son adversaire, la possession globale de Monaco étant presque toujours supérieure à celle de son adversaire, les aiglons en ont fait une de leur force (face à Marseille, à Monaco…). La faculté de cette équipe à se projeter rapidement et justement, tout en s’appuyant sur des latéraux au coeur du jeu et sur un 6 (Koziello d’habitude, Bodmer hier) qui joue continuellement en première intention, est absolument remarquable. D’autant plus que même sans ses joueurs clés, les niçois s’en sortent tout de même par une capacité à jouer juste, à jouer bien (c’était le cas en 2ème MT hier). En tout cas ça joue. 7 matchs, 5 victoires pour 0 défaite. Mais surtout troisième meilleure attaque et meilleur défense de L1. Prometteur

 

Et oui, ça fait du bien de ne pas fustiger que les faiblesses de ce championnat. Cette équipe niçoise fait plaisir ! Et si elle parvient à maintenir un tel niveau de jeu, que ses cadres parviennent à trouver une certaine régularité dans leur jeu et que le turn-over avec la Ligue Europa se passe bien, alors oui, on pourra dire que Nice peut viser haut. Très haut. Et c’est tant mieux pour notre chère Ligue 1…

A la semaine prochaine,

 Tom MASSON

@MassonTom1

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s